Marie Stuart bannière.jpg
Affiche Marie Stuart.jpg

RÉSUMÉ

Le piège de la dernière nuit ; Dans deux heures, Marie aura la tête tranchée. Face à son bourreau, humiliée par ses domestiques, elle subit la réalité crue des préparatifs de son exécution. Marie lutte contre ses peurs et tente d’imposer son désir d’absolu et de paix intérieure. Elle revendique la véracité contestée de ses souvenirs, la réalité intime de ce qu’elle fut, de ce qu’elle est, encore, pour quelques instants… Avant que l’Histoire nécessairement mensongère ne l’emporte à jamais.

Avec Isabelle Adjani (Marie Stuart), Jacques Zabor (Gervais), Jean-Yves Chatelais (Raoul), Bernard Waver (Didier), Patrick Rocca (Jack Bull), Anne Suarez (Anne), André Chameau (Le Doyen), Rémi Bichet (Symmons), Joséphine Fresson (Jane), François Raffenaud (Andrew), Axel Kiener (Lord Kent), Raphaël Poulain (Petit Jean)

Représentations:
Théâtre Marigny,
du 8 septembre au 31 décembre 2006

FICHE TECHNIQUE

Auteur: Wolfgang Hildesheimer

Adaptation: Didier Long

Mise en scène: Didier Long

Assistante mise en scène: Caroline Duffaut

Directeur artistique: Robert Hossein

Consultant artistique: Julien Collet

Décor: Édouard Laug

Éclairage: Laurent Béal

Assistant éclairage: Didier Brun

Costumes: Dominique Borg

Assistante costumes: Séverine Demaret

Maquillages: Jocelyne Lemery

Perruques: Any d'Avray - Christine Chomicki

Coiffure: Laurent Falcon, Anne Lemarchal

Musiques originales: François Peyrony

Production: Gilbert Coullier Productions - Société Nouvelle du Théâtre Marigny

À propos de la pièce: Marie Stuart, Reine d'Ecosse et de France. Son personnage a passionné les historiens, les biographes et les dramaturges depuis toujours. Mais, en décidant, cinq ans après "La Dame aux camélias", de revenir sur les planches, Isabelle Adjani, qui rêvait depuis longtemps de hautes personnalités à incarner, choisit Marie Stuart et parvient à surprendre son monde en jouant la pièce d'un auteur peu connu en France, mais qui fut l'un des référents de la vie culturelle outre-Rhin, de l'après-guerre à sa mort, en 1991, Wolfgang Hildesheimer. Il s'agit, dans cette pièce, qu'il avait écrite en 1970, des deux dernières heures de Marie Stuart. Les moments ultimes, quand tout revient et se recompose et que le seul horizon est la mort. Wolfgang Hildesheimer, auteur de romans de biographies (celle qu'il a consacrée à Wolfgang Amadeus Mozart a fait date), aimait à dire que "l'Histoire n'est rien sans l'imagination".

Photos © Marianne Rosenstiehl/H & K - Agence Enguerand